A l’insue de mon plein Gris

 

Du profil fier du valeureux « chevalier blanc », il ne reste qu’une ombre. La fougue généreuse qui a pu me distinguer, par le passé, à fait place à la manipulation furieuse et désarticulante du mulot.

Sous cette impulsion dévastatrice, l’émotion, trop longtemps contenue, implose. Et finalement on se laisse aller à se foutre à poil en public, une rage littéraire caricaturale attire irrésistiblement vers les touches du clavier et guidé par un electron fou sorti du mulot étale mon indécence à la face du monde…

A moins que désoeuvré, se ne soit le double effet FaceBook. Réseau social, bien sûr, on se fait des tas d’amis et on se rend compte avec émerveillement que finalement on est pas tout seul à être dubitatif face au gouffre existentiel qui semble être notre avenir commun.

Enhardi d’une nouvelle témérité, gonflé de la substantifique moelle des éloges redondants de mes piques acerbes  la vanité s’est emparée de ma page d’accueil…

Vaut mieux exhiber son joystick sur « chatroupette », on prend moins de risque.  

 


Autres articles

idées en l'air |
Et si on parlait ! |
okahandongo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vieille noix
| la caverne des sports
| mes créations et passions